Vous pouvez le dire en français

Vous pouvez le dire en français !

Une bonne initiative pour la francophonie

Le ministère de la Culture a mis en place une initiative qu’il convient de saluer : un lexique des termes français recommandés pour remplacer les anglicismes dont les médias et les milieux professionnels abusent souvent.

Pourquoi c’est important

Rappelons que l’inconvénient principal de l’usage de ces termes anglais est que seules les personnes initiées les connaissent et qu’ainsi, pour être compris de tous, vous avez intérêt à les éviter.

Par exemple, n’est-il pas plus clair pour le français moyen de parler d’un nouveau « foyer d’infection » covid-19 plutôt que d’un « cluster » ?

C’est également le cas des sigles et acronymes, qu’il convient d’expliciter à chaque mention. Sur ce thème, je vous conseille la lecture du lexique de la francophonie d’Yvon Pantalacci, qui décrypte pour vous termes, sigles et acronymes de l’univers de la francophonie.

Par ailleurs, nous pouvons aussi être fiers de notre langue française que beaucoup d’étrangers sont heureux de parler, ainsi que je l’ai découvert à la lecture du livre d’Yves Montenay : La Langue Française, une arme d’équilibre de la mondialisation

On peut comprendre et même aimer parler les langues étrangères (c’est mon cas je parle volontiers en espagnol et en anglais quand j’en ai l’occasion) et être passablement agacé face à l’usage exponentiel de termes anglais « pour faire branché » quand de bons équivalents français existent.

Dans le milieu entrepreneurial que je fréquente, c’est même caricatural :

  • Avoir le bon « mindset », pour dire « état d’esprit »
  • Se faire « coacher », pour dire « accompagner »
  • Le CEO (Chief Executive Officer) d’une entreprise, pour dire DG (directeur général) ou PDG (président directeur général)
  • Organiser une « keynote » pour dire « conférence »
  • Trouver des « leads », pour parler de « prospects »
  • Programme de « Mentoring », pour dire « mentorat »
  • DPO (Data Protection Officer), pour « Délégué à la protection des données » (RGPD)

On peut aussi penser que la soumission à l’anglais dans le milieu professionnel (sous l’impulsion des grands groupes internationaux mais pas que) favorise les anglo-saxons qui parlent évidemment mieux leur langue natale que les Français : j’ai personnellement constaté qu’imposer à l’ensemble du personnel de parler en anglais lors de réunions internes (où il n’y a parfois que des francophones) est une bonne façon d’éviter le dialogue avec ceux qui ont déjà bien du mal à prendre la parole en français !

Enfin l’apprentissage de l’anglais en primaire devenu obligatoire depuis 2002 a retiré 1h30 à 2h par semaine à l’apprentissage du français et des maths, dont le niveau baisse depuis, …sans pour autant améliorer le niveau d’anglais des élèves, dans la mesure où les instituteurs ne sont pas formés pour…

La priorité : bien parler français

Sur le site France Terme, le site du dispositif d’enrichissement de la langue française, retrouvez les termes recommandés pour parler français en toute circonstance.

Voici comment France Terme présente l’intérêt public de sa démarche sur une de ses brochures :

« La mode est aux mots venus d’ailleurs, parfois difficiles à comprendre, à prononcer ou à écrire, pour la plupart des gens. Pourtant, le plus souvent, les mots équivalents existent en français.

En effet, pour désigner les réalités nouvelles qui se créent constamment, des termes français sont recommandés par des spécialistes et publiés avec leur définition au Journal officiel de la République française.

Il est vrai que ces termes appartiennent au vocabulaire technique ou scientifique ; mais science et technique sont entrées dans notre univers quotidien.

Ces nouveaux termes français sont encore peu répandus. Plus nombreux nous serons à les employer, plus facilement ils entreront dans l’usage, plus vite ils deviendront familiers et sembleront avoir toujours existé. »

Quelques exemples tirés de l’actualité

Ne dites plus : Dites plutôt :
Podcast émission audio (ballado-diffusion au Québec)
Download Téléchargement, télécharger
Replay rediffusion
Fake news Infox (info fallacieuse, fausse nouvelle)
Low cost à bas prix, à prix cassé
Street de rue (sports)
Beach de plage, sur sable (sports)
Coach Entraineur (sport), mentor (arts, économie), tuteur (université), répétiteur (spectacle)
Coaching Accompagnement, mentorat
Flyer Dépliant, brochure, prospectus, tract
Live en direct (diffusion), en public (concert)
Pitch Présentation, résumé, argument
Plug and Play Prêt à l’emploi
Ebook Livre électronique
Wifi Internet sans fil
Streaming Flux en continu
Poster Publier (réseaux sociaux)
Cloud Nuage (service en ligne)
Hashtag Mot-dièse (#motclé)
Follow Suivre (abonnés)
Newsletter Infolettre, lettre d’informations
Clickbait Piège à clics
Social media Réseaux sociaux
Spoiler Divulgâcher

 

En savoir plus

 

Laura Ciriani, conseil en communication

 

3 commentaires sur “Vous pouvez le dire en français !”

  1. Bonne initiative ou coup de canif dans l’eau? Il faudrait quelque chose de plus incitatif à mon avis, en particulier au niveau du système éducatif, là où ces tics de langage se mettent en place.
    Dans les exemples choisis, il manque le fameux « digital » qui remplace de plus en plus « numérique » . En français « digital » a un autre sens, c’est l’adjectif associé au substantif « doigt » alors que « digit » en anglais veut dire « nombre ». Avant de parler globiche, il faudrait déjà savoir parler français!
    Un autre terme « mook » constraction de magazine et book, qui nous arrive droit dessus. Comme pour e-mail, traduit par courriel ou Mel, ou newsletter, traduit par info-lettre, il est tout à fait possible de traduire cet horrible « mook » par « livre illustré » ou « photo-livre » ou autre…

  2. Bonne initiative ou coup de canif dans l’eau? Il faudrait un dispositif à destination de l’éducation nationale.
    Dans les exemples choisis, il manque le fameux « digital » qui remplace de plus en plus « numérique » . En français « digital » a un autre sens, c’est l’adjectif associé au substantif « doigt » alors que « digit » en anglais veut dire « nombre ». Avant de parler globiche, il faudrait déjà savoir parler français!
    Un autre terme « mook » constraction de magazine et book, qui nous arrive droit dessus. Comme pour e-mail, traduit par courriel ou Mel, ou newsletter, traduit par info-lettre, il est tout à fait possible de traduire cet horrible « mook » par « livre illustré » ou « photo-livre » ou autre… .

Laisser un commentaire