L’offensive pour une Europe anglophone en dépit du Brexit

The Economist, le journal de l’élite anglophone mondiale, fait campagne dans son numéro daté du 15 juin 2019 pour que l’anglais devienne la seule langue officielle de l’Europe après le Brexit. Le principal argument est que ce serait une langue neutre permettant de mieux travailler.

En fait cela cache soit une ignorance de l’Europe, soit un mépris pour les cultures « des autres », soit un cheval de Troie pour détruire une Europe devenue étrangère et donc concurrente. Ou tout simplement l’habitude britannique de demander le beurre et l’argent du beurre.

Les arguments de The Economist : une langue de travail « neutre »

Remarquons que le journal hésite entre 2 formules : « langue commune » dans le titre, et « seule langue officielle » dans le texte, donc une formule beaucoup plus dure. Soit les journalistes n’ont pas été attentifs, soit ils ont volontairement repris un titre masquant partiellement la révolution qu’ils proposent.

Leur raisonnement est simple : puisqu’il n’aura plus de Britanniques en Europe, l’anglais ne sera la langue de personne et sera donc neutre. Et puis les dernières élections ont montré que les alliances entre partis politiques au Parlement européen se faisaient par-dessus les frontières, ce qui implique une langue commune au parlement, rôle pour lequel l’anglais serait, selon eux, « le candidat logique ».

Brexit is the ideal moment to make English the EU’s common language
« Brexit is the ideal moment to make English the EU’s common language » The Economist 15 Juin 2019

 

Ce serait d’ailleurs la position de Joachim Gauck, l’ancien président allemand, et de Mario Monti, l’ancien premier ministre italien.

Le journal évacue les exemples des États-Unis, du Canada et de la Suisse qui ont plusieurs langues officielles (pour les États-Unis, le journal pense probablement à l’espagnol, qui bénéficie de lois locales, et non au français devenu symboliquement langue co-officielle en Louisiane).

Pour The Economist, l’Union Européenne est trop fragile et trop récente pour ce plurilinguisme !

Le journal évacue aussi l’accusation d’élitisme. Certes aujourd’hui une bonne maîtrise de l’anglais est limitée à une caste supérieure, mais cela pourrait disparaître si l’on impose fermement l’usage de cette langue dans chaque pays.

Enfin, pour le journal, l’argument le plus puissant est le réalisme : l’anglais est déjà de fait la langue de travail à Bruxelles et 97 % des enfants de 13 ans l’étudient à l’école, tandis que les cours en anglais se multiplient dans toutes les universités du continent.

Accessoirement, cela aiderait à diminuer l’énorme budget de traduction qui pèse sur l’Union Européenne.

Une clause de style : l’anglais ne serait qu’un complément aux langages nationaux qu’il faudra protéger, pour affirmer et non trahir l’idéal d’une Europe cosmopolite.

Des arguments qui en cachent d’autres ?

La plupart de ces arguments sont légers par rapport à l’enjeu, ou peuvent être retournés.

Par exemple, il est disproportionné de justifier cette énorme question linguistique par la commodité des échanges entre chefs de partis au parlement européen.

Écarter le fait que les États-Unis, le Canada ou la Suisse aient plusieurs langues officielles me paraît un peu rapide, ainsi que l’évocation du budget de traduction, qui est surtout le résultat d’une mauvaise organisation à l’heure où la traduction automatique est presque parfaite pour les textes écrits, surtout s’ils ne sont pas littéraires, ce qui est le cas, et que les progrès sont rapides en matière de traduction automatique orale.

Écarter l’accusation d’élitisme en préconisant comme « solution » d’imposer fermement l’enseignement de l’anglais, donc en pratique en anglais, est tout à fait contradictoire avec la clause de style selon laquelle l’anglais ne serait qu’un complément aux langages nationaux que l’on protégerait par ailleurs.

Quant à la neutralité, cela ferait sourire les partisans de l’espéranto et surtout les connaisseurs de la mécanique bruxelloise que nous décrirons plus loin.

L’argument le plus puissant reste celui du « réalisme », c’est-à-dire le fait que l’anglais soit déjà répandu. A cela je répondrai que rien n’est gravé dans le marbre : le français était largement en usage à Bruxelles il n’y a pas si longtemps, comme d’ailleurs rappelé par The Economist.

En fait, ces arguments me semblent en cacher d’autres, plus intéressés, ou une certaine ignorance, voire un mépris pour les cultures des autres.

Un cheval de Troie pour détruire l’Europe ?

The Economist présente son idée de l’anglais comme seule langue officielle de l’Europe comme devant la renforcer. À mon avis c’est l’inverse qui se produira : l’Europe sortirait affaiblie d’une telle folie.

Une bonne partie des Européens sont déjà dégoûtés de l’Union, et le seraient encore plus si elle devenait ainsi étrangère et d’une certaine façon coloniale, en les obligeant à utiliser de plus en plus souvent une autre langue que la leur.

Cela va en sens tout à fait inverse du courant ancien et puissant de « l’Europe des patries » ainsi que du courant identitaire actuel. On peut défendre son village, voire mourir pour la patrie, mais certainement pas pour Bruxelles !

Et si vraiment l’anglais devait rendre l’Union plus attractive et efficace, pourquoi diable la Grande-Bretagne a-t-elle voulu la quitter ?

En partie justement pour des raisons nationales … dont l’immigration des Polonais !

Enfin l’élitisme de cette idée est patent : la frange mondialisée de l’Europe oublie que la quasi-totalité de la population, si elle a souvent appris l’anglais à l’école, ne le parle pas, ou très mal.

Preuves en sont les résultats de l’Etude EPI sur la maîtrise de l’anglais en Europe , commentée ainsi par Le Monde : « Maîtrise de l’anglais : la France, cancre de l’Union européenne… »

 

Le niveau de maîtrise de l’anglais dans les différents pays d’Europe (Source : Le Monde).

C’est donc une manière de tenir à l’écart « le bas peuple » à un moment où il rappelle qu’il faut le respecter. Le forcer à apprendre l’anglais au lieu de l’histoire locale ou de l’informatique ne ferait qu’empirer le mécontentement !

Et du mécontentement contre l’Europe, il y en a ! En France les gilets jaunes, le Rassemblement National, la France insoumise…. En Allemagne et dans le reste de l’Europe également ! Rajouter une utilisation plus générale et obligatoire de l’anglais et ce serait la révolte contre cette colonisation apatride !

Dès maintenant, « le bas peuple » constate que les dossiers destinés à l’Union Européenne, préparés en langue nationale, et obligatoirement traduits plus ou moins bien en anglais, ce qui est déjà exaspérant, sont plus souvent rejetés par technocratie anglophone que ceux concoctés dans les cercles anglophones privilégiés au détriment des besoins du terrain, comme en témoigne le rapport Grin.

Les Britanniques sont-ils si ignorants de ce que sont les pays européens ? Ou au contraire ceux d’entre eux le sachant ne se livrent-ils pas à une sorte de sabotage de l’Union pour voir dépérir un concurrent, ou tout simplement quelque chose qui ne les intéresse plus ?

Il est permis de penser que pour les Britanniques cette campagne pour l’anglais est en réalité tout à fait intéressée, car l’usage de leur langue en Europe leur rapporte beaucoup. Et ils risquent d’y perdre si le Brexit décide d’entamer le rôle dominant de l’anglais à Bruxelles.

Les Anglais et l’Europe : demander le beurre et l’argent du beurre !

Revenons en effet au « rapport Grin » qui décrit un écosystème anglophone regroupant les instances dirigeantes de l’Union et de nombreux groupes d’intérêts.

Cet écosystème a réussi à faire passer toute étude, projet ou financement par des textes en anglais faisant intervenir de nombreux Britanniques ou leurs obligés.

Des milliards d’euros sont en jeu qui pourraient être menacés par une diminution progressive du rôle de l’anglais suite au Brexit.

D’où l’intérêt pour les Britanniques de consolider cet écosystème en officialisant l’usage de l’anglais malgré leur départ, et si possible de l’étendre à l’ensemble de l’Europe, et non plus aux seules instances dirigeantes de l’Union, en faisant de l’anglais la seule langue officielle sur l’ensemble du territoire.

Les raisons intellectuelles du rejet d’une langue unique et étrangère

Mon expérience de l’international rejoint les constatations des linguistes : les idées se forment et s’expriment différemment dans chaque langue, et obliger à les formuler dans une langue étrangère entraîne une perte importante de qualification et plus généralement d’idées.

Voir notamment les travaux rassemblés par l’Observatoire Européen du Plurilinguisme, et illustré par l’analyse des malentendus entre Renault et Nissan, lorsque ces entreprises communiquent en anglais, langue étrangère pour les deux parties.

Quelques interprètes franco–japonais compétents en automobile et exploitant les très bons résultats de la traduction automatique pour les matières techniques auraient peut-être évité la crise qui s’est révélée depuis. Car au-delà du cas personnel de Carlos Ghosn, le problème est la méfiance des Japonais envers les Français, exacerbée par une série de malentendus linguistiques.

Une idée néfaste et intéressée

Bref cette idée de l’anglais langue officielle de l’Europe car « neutre » après le départ des Britanniques, est d’abord intéressée ! Elle est de plus néfaste aussi bien pour la construction européenne que pour chaque pays en particulier. Sur le plan économique d’abord, mais également sur le plan culturel.

Elle cache notamment l’effort permanent des Anglo-saxons d’éliminer le français dans le monde entier.

Je ne parle pas des Britanniques et des Américains cultivés, souvent francophones, mais de l’historique « John Bull » (l’Anglais honni par les sans-culottes français), de la perfide Albion (l’Angleterre, ennemi acharnée de la Révolution et de Napoléon) et de « l’Oncle Sam » , aux foucades dévastatrices bien avant son actuel avatar.

Soyons indulgents, dans le cas de The Economist, journal anti Brexit, il s’agit peut-être d’une tentative de garder une porte ouverte sur l’Europe.

Mais plus de 50 ans d’observation, dont quelques négociations commerciales délicates avec des Britanniques, m’ont fait constater qu’ils cherchent à torpiller toute solution logique ou d’intérêt mutuel, s‘ils la jugent contraire à leurs intérêts.

À nous donc de veiller aux nôtres !

 

Yves Montenay,
auteur du livre La langue française, arme d’équilibre de la mondialisation (Les Belles Lettres, 2015)

 

12 commentaires sur “L’offensive pour une Europe anglophone en dépit du Brexit”

  1. Il faut aussi remarquer qu’une langue n’est JAMAIS « neutre » : elle est l’expression orale, puis écrite, d’une certaine façon d’appréhender le monde, donc d’une certaine façon de le construire (aussi). La défense de la diversité linguistique dans le monde, et en Europe, permet de lutter contre la tentation de devenir tous monolingues (et donc monoculturels). Si l’anglais devenait la seule langue du continent européen, nous n’aurions plus alors qu’une seule perspective en matière économique et sociale, c’est à dire: le capitalisme anglo-saxon, promoteur de l’individualisme compétitif tous azimuts. On peut l’apprécier pour sa promotion de la responsabilité individuelle, mais on peut aussi le craindre pour son refus de toute régulation collective. Ne soyons pas naïf: même le prétendu pragmatisme anglo-saxon est pris en flagrant délit de culturalisme quand il défend la langue anglaise devant la montée de hispanophonie aux USA ! Même si les Pragmatiques font ça, c’est bien parce que, derrière toute langue, il y a quelque chose d’important qui se joue, là. D’ailleurs, il est clair que cette défense de l’officialité de l’anglais est une manœuvre politique, puisque l’anglais est DEJA la langue internationale du commerce et des échanges de toute nature: c’est donc bien la DISPARITION de toute alternative culturelle (et donc économique) qui est visée dans cette démarche. Cette démarche relève donc bien d’une tentative dogmatique et sectaire d’élimination de toute opposition culturelle potentielle à la domination culturelle anglo-saxonne.

    1. Je suis bien d’accord. Je veille seulement à ne pas diviser politiquement les partisans du français (pro contre anti capitalistes par exemple)

      1. Je veux vous dire à tous et surtout à l’auteur de cet article. J’ai travaillé 39 ans dans l’aviation où l’anglais a été imposé ne 1951 par l’Amérique et où l’anglais est une des principales causes d’accidents d’avions, d’incidents, de risques d’accidents, de crashs. Moi même j’ai eu des ingénieurs aéronautiques ayant écrit une note que l’anglais leur posait des problèmes. Il y a eu déjà des centaines et centaines de tués dus à l’anglais, dans l’armée de l’air ils ont les mêmes problèmes. Mais je vous invite à lire « les inconvénients de l’anglais pour les communications aéronautiques internationales » rapport ayant été fait par un ex ingénieur pilote américain décédé ayant fait de longues recherches durant des années car l’ami de sa fille ayant été tué en 1995 dans un accident d’avion en Colombie. En 1977 583 tués aux Canaries du à l’anglais et ainsi de suite, je ne vous dirai pas tous les autres. Cet américain avait suggéré qu’une autre langue serait plus sécuritaire que l’anglais dans l’aviation et ailleurs car étant plus facile, plus précise que l’anglais. Il l’avait adaptée pour l’aviation et il disait en 2006 on dira au revoir à l’anglais dans l’aviation mais il ne pensait pas qu’il allait s’en aller bien avant d’avoir terminé son combat. Courant 2017, je relève que l’aviation civile britannique a relaté sur 18 mois sur son territoire 267 risques d’accidents dus à l’anglais. L’anglais étant trop difficile pour les non anglais, pas précis, que beaucoup ne peuvent pas prononcer. D’autant plus qu’à l’OACI j’ai dit un jour que l’anglais était cause d’accidents, la réponse a été : on le sait, on le sait et on n’a jamais rien fait pour changer. Aucune langue nationale ne peut convenir à la communication internationale, toutes trop difficiles, je ne suis pas d’accord avec ceux qui voudraient imposer le français aux autres, non, car un pays ne doit pas imposer sa langue aux autres, c’est imposer sa pensée, ses coutumes, etc Donc, refusez l’anglais pour l’Europe, pas de propagande d’anglais dans les pays non anglais, pas d’anglais imposé dans les écoles non anglaises, en France aussi, ps de publicité d’anglais en France car on ne voit que cela, au mépris de l’autre pour mieux tuer le français en France, paroles Macron qui a annoncé aux Africains que le Français sera mort en France et en Europe , il vivra en Afrique mais pas en France, ce monsieur ayant un tel mépris pour sa langue et pour le peuple qu’il vous enlève tout et supprime jusqu’à la langue avec. Mais quand est-ce que les gens ouvriront-ils les yeux ? Et ils votent toujours pour les mêmes imbéciles. Il y a longtemps que les espérantistes alertent des dangers de l’anglais, ces mêmes imbéciles politiciens ou des gens n’écoutent pas ce que l’on dit et on a raison. Je suis sidérée de voir mes compatriotes aussi bêtes ne rien comprendre. J’ai fait une pétition pour l’OACI, la FAA, l’IATA où j’ai 3683 signataires pour le moment en allant dans les manifestations et de voir des gens ne rien faire, ne voulant rien faire ; si personne ne fait rien, cela continuera à tuer, il vaut mieux changer le système plutôt que de tuer. J’ai raison Monsieur, il y a longtemps que je dénonce tout cela, je n’avais pas le droit d’en parler, maintenant je parle je suis à la retraite. Certains me disent vous faites bien de vous occuper de cela, c’est bien ce que vous faites, mais ils ne veulent rien faire tant que ce n’est pas eux qui sont touchés ou des membres de leur famille. Ce sont des moutons de panurge qui suivent sans rien dire et ne rien faire. J’ai rencontré une dame par hasard à qui j’ai expliqué cela, elle m’a répondu : je le sais, je travaille à l’aéroport, votre idée est très bonne, elle n’a pas eu le temps de discuter, elle prenait son autobus, mais j’ai tout un dossier sur le sujet. L’Europe doit changer et ne pas continuer ses préjugés idiots vis-à-vis d’une autre langue vivante internationale qui a été faite spécialement pour cela et qui serait la meilleure solution pour l »aviation et ailleurs, il suffit d’en faire la promotion dans les écoles, d’expliquer aux gens que l’on peut travailler avec une autre langue facile. Des ingénieurs aéronautiques se sont exclamés : mais c’est cela qu’il nous faut, bien évidemment ; il suffit de bien informer le public, et ici cela manque de la part des médias. Beaucoup d’enfants et de parents me disent : mais c’est cela qu’il faut apprendre à l’école. Donc, la pétition demande à l’OACI, la FAA, l’IATA l’adoption de la langue internationale neutre n’appartenant à aucun pays pour une communication à égalité linguistique, ce qui n’est pas le cas avec l’anglais, la langue équitable, juste, démocratique,précise. Même pour les Chinois c’est plus facile que l’anglais, d’ailleurs le peu de Chinois connaissant l’anglais, c’est très mal , il faut être français pour dire que tous les chinois parlent anglais , ceci est faux, ils disent juste sorry, sorry, c’est tout. Les japonais aussi, une amie japonaise m’a dit ceux qui disent que tous les japonais parlent anglais ne sont jamais allés au Japon, comme ils ne sont jamais allés en Chine avec toute cette publicité d’anglais en France, cela rend les gens très bêtes ne comprenant rien du tout.Donc non à l’anglais pour l’Europe et le monde, et faire la promotion de l’Espéranto.
        .

  2. Les Britanniques sont des malins, des fourbes, des perfides. Sachant qu’avec le Brexit, l’anglais ne fera plus partie des langues officielles de l’UE – l’Irlande ayant déclaré le gaélique comme langue officielle et Malte, le maltais -, ils jouent désormais la carte de la neutralité pour justifier le maintien de l’hégémonie de leur langue au sein de l’UE.
    Nous pourrions leur demander alors pourquoi ils s’intéressent tant à la neutralité linguistique, alors que pendant tout le temps qu’ils faisaient partie de l’Union européenne, ils ont habilement installé partout l’anglais, se moquant comme d’une guigne de toute neutralité à l’égard des langues.
    Mais comment peuvent-ils oser parler de neutralité à l’égard de l’anglais, alors que cette langue est portée par l’impérialisme anglo-américain, l’impérialisme de la première puissance militaire et d’espionnage du monde ? Une langue, de surcroît, qui véhicule les valeurs de la finance de Wall Street et de la City, celles de l’ultralibéralisme et du libre-échangisme mondial, celles des GAFAM et Cie qui veulent gouverner le monde ?
    Non, s’il y a bien une langue qu’il faut rejeter de l’UE, c’est bien l’anglo-américain, et si cela n’est pas fait, nous aurons alors la preuve formelle que l’UE est bien une construction étatsunienne faite pour servir les intérêts du monde anglo-américain et certainement pas ceux des peuples européens.
    S’il faut parler de langue neutre, pourquoi ne pas parler de l’espéranto, une langue qui n’appartient à aucun peuple, à aucune nation ? Nos amis Britanniques – nuls en langues – ne connaîtraient-ils pas également l’existence de l’espéranto ?
    Mais si l’UE, préfère se doter d’une langue commune qui lui soit propre, pourquoi pas l’italien ? – Le français a son aire linguistique avec la Francophone, idem pour l’espagnol et le portugais, l’allemand est parlé en Europe centrale et de l’Est, alors pourquoi pas l’italien pour l’UE ?

  3. Juste un petit complément au commentaire de Ravat: je pense que nous n’avons pas besoin d’une langue unique. Le grand romancier Umberto Eco disait que notre véritable langue commune (ou internationale) c’est la langue qui se nomme « Traduction ». J’aime bien cette image. Si nous n’avons pas toujours de traducteur sous la main, ou d’interprète disponible, nous avons aujourd’hui notre smartphone qui nous propose des traducteurs instantanés. Nous avons aussi la bonne volonté humaine et notre sens de la relation humaine: on arrive toujours à se comprendre entre humains décidés à communiquer. Et puis nous avons surtout notre « Nous-Même », et notre capacité à être un minimum polyglotte élémentaire, et un minimum curieux de la diversité culturelle. La défense de la pluralité linguistique, c’est essentiel pour le maintien de la créativité humaine et et de la solidarité.

  4. Avec la cohorte d’imbéciles anglo-colonisés qui sont à la tête de nos industries, de nos structures étatiques et de nos universités, les Anglais ont beau jeu de faire, une fois de plus, la promotion de leur langue comme véhicule de communication internationale comme si l’anglais avait des propriétés magiques par rapport aux autres langues permettant un apprentissage rapide et une formulation automatiquement optimale du message. En réalité, il s’agit d’un impérialisme linguistique grossier précédant de peu un impérialisme tout court des pays anglo-saxons sur le reste du monde. Je l’ai parfaitement démontré dans mes livres (voir « La nouvelle guerre contre l’intelligence », « Une colonie ordinaire du XXIe siècle »). Cela, toutefois, va beaucoup plus loin dans les conséquences. L’usage omniprésent de l’anglais dans les communications scientifiques a stérilisé en grande partie la créativité des chercheurs de langue maternelle non anglaise comme je l’ai montré dans mon autre ouvrage « La mise en place des monopoles du savoir ». Laurent Lafforgue a également expliqué cela dans ses remarquables écrits sur la langue française.

    Charles-Xavier Durand

  5. Peut-être paradoxalement, l’anglais étant déjà fortement ancré dans les institutions européennes, les effets réels de ce genre d’articles seront probablement limités.

    L’un des enjeux est bien de savoir s’il va exister une place pour d’autres langues (place à laquelle le français peut assurément prétendre avec quelques autres langues de grande diffusion) ou si une forme de monopole linguistique se met en place. Les coûts cachés d’une langue voulue unique (selon rapport Grin par exemple) sont en effet très importants, sans compter les problèmes de légitimité politique liés au monolinguisme.

    Que pensez-vous de la valeur respective des projets européen et francophone? Diriez-vous qu’ils sont complémentaires ou en plutôt concurrents? J’aurais tendance à dire pour ma part qu’il faut tenter de jouer sur les deux tableaux.
    La question de la place du français en Europe est bien sûr posée, mais étant donné l’influence des politiques macroéconomiques européennes en France (zone euro notamment), celle des retombées économiques (qui influent assez largement sur le prestige de la langue) peut aussi se poser.

    1. À mon avis, il faut promouvoir au maximum la francophonie, voir mes article sur ce sujet sur mon site. Si on est dans un métier où l’anglais est indispensable, il faut l’apprendre (je le parle correctement), mais ne l’utiliser qu’avec ceux qui ne comprennent pas le français, contrairement à ce que font beaucoup de snobs. Je parle allemand aussi, et suis frappé de voir comment une si grande langue de civilisation disparaît à grande vitesse.

  6. Bonjour,
    Merci à l’auteur pour cet article, mais comme dit Régis Ravat, rien de nouveau. L’imposition de l’anglais au monde entier remonte au moins à la présidence de Franklin Roosevelt.
    S’agissant de l’anglais qui serait une langue neutre (pffff !) il ne peut en avoir qu’une seule de langue neutre, UNE SEULE, c’est l’espéranto. Ce qui fait encore rire nombre de défenseurs sincères de la langue française, preuve qu’eux-mêmes n’ont encore rien compris à ce qu’on appelle la dynamique des langues et encore moins à l’équité linguistique.

    Signé Thierry Saladin, défenseur de l’espéranto PARCE QUE défenseur de la langue française, comme de toutes les autres langues d’ailleurs.

  7. La langue neutre de l’UE devrait être l’espéranto. Mais personnellement, je crois qu’il faut prendre le mal à la racine. C’est l’UE et l’euro qui nous obligent à uniformiser nos cultures et nos économies et par voie de conséquence, à adopter l’anglo-américain. Sortir de l’UE et de l’euro résoudrait ce problème. Les échanges commerciaux et diplomatiques réhabiliteraient les langues nationales. Bien sur l’anglais international ne perdrait pas la guerre, mais au moins il ne gagnerait pas la bataille de l’Europe!
    Certains diront oui mais des pays nordiques ne sont pas dans l’UE ni dans l’euro et sont anglophones. C’est vrai mais c’est leur spécificité culturelle qui veut ça. Leur proximité avec UK depuis longtemps. Il n’en serait pas de même pour les pays latins ou germanophones.

    1. Sur le plan linguistique, c’est tout à fait logique. Je ne lance pas la discussion sur le plan économique.

Laisser un commentaire