Marine Le Pen veut tuer la France pour « sauver son peuple »

On dit aux Français, aux Allemands et à bien d’autres : « votez pour moi sinon vous serez remplacés dans votre propre pays par des Barbares » En France, Marine Le Pen parle de « l’invasion » ou de « la déferlante ». C’est le fantasme du grand remplacement, une grave erreur car on tuerait la France sous prétexte de sauver son peuple. A moins que ce ne soit une simple arnaque électorale.

Un « remplacement par des Barbares » ? Certes, on ne le dit pas directement, législation française oblige. On évoque « des mœurs, des coutumes, le respect dû aux femmes, les conquérants qui nous assiègent » ou « nous serons étrangers sur notre propre sol ». L’auditoire comprend parfaitement et lance des huées à chaque allusion. Le discours du Front National a été analysé par multiples chercheurs, dont les conclusions sont résumées par l’historien Pierre Nora :  » avec nous ou la mort « .

Le fantasme du “grand remplacement”

Il y a aujourd’hui 66 millions d’habitants en France, dont autour de 5 millions d’originaires de pays musulmans, « deuxième génération » comprise, et non 10 à 15 comme l’affirment des rumeurs insistantes. Certes, il n’y a pas de statistiques ethniques, mais une masse d’études et de sondages confirment ce chiffre. Un éventuel remplacement supposerait donc des mouvements (naissances, décès, immigration, émigration) dont le solde serait d’un grand nombre de dizaines de millions de personnes.

Est-ce vraisemblable ? Concernant les naissances et décès, la différence avec le reste de la population est trop faible pour avoir un effet massif avant un, voire plusieurs siècles car il ne s’agit que d’une fraction d’enfants par femme (0,4 ?). Rappelons que les plus féconds sont les Subsahariens, chrétiens ou musulmans, et non les Maghrébins ou les Turcs, qui viennent d’ailleurs de pays très moyennement féconds (2 à 3 enfants par femme). Même fantasme pour les quelques milliers de polygames « couverts d’enfants » : ce qui détermine le futur, c’est le nombre d’enfants par femme et non par homme.

Mais, dira-t-on, il y aura l’immigration future, actuellement d’environ 200 000 par an. Certes, mais dans cette immigration il y a de tout, musulmans ou non, dont de plus en plus personnes qualifiées et de femmes seules, dont beaucoup viennent chez nous pour échapper aux « coutumes » locales. Il y a aussi 70 000 étudiants venant du monde entier, dont la plupart reviendront au pays, voire, de plus en plus souvent, nous quitteront pour aller en Grande Bretagne et aux Amériques. Donc pas de calcul précis possible, mais remarquons qu’il faut 100 ans pour que 100 000 arrivées annuelles de supposés « remplaçants » totalisent 10 millions d’individus, et nous seront toujours loin du remplacement. Remarquons au passage que l’immigration clandestine, très visible à certains endroits, ne change pas le calcul car elle est intégrée à l’officielle au fil des régularisations ou se termine par des retours : on ne reste pas clandestin toute sa vie, du moins en quantité significative.

Mais dira-t-on, des Français émigrent, ce qui précipite le remplacement. Oui, mais le même calcul montre qu’il resterait néanmoins très lointain. Et surtout, cette émigration est la conséquence de nos erreurs économiques : votons pour un candidat qui les évitera !

Voyons maintenant qui sont ces 5 millions de résidents « d’origine musulmane ». Ils sont très fractionnés en « nationalités » rivales (Marocains/Algériens, Turcs/Arabes/Subsahariens, Iraniens et Libanais chiites/sunnites etc. ), en comportements religieux (pieux, non pratiquants, athées et même chrétiens … ) et en sentiment national : fidèles au pays d’origine, patriotes français, comme les « Fils de France », « internationalistes » djihadistes,  très remarqués mais peu nombreux. On est donc très loin d’un bloc.

Finalement, qui sont ces « remplaçants » qui vous font peur ? Notre collègue informaticien ?  La réponse est hésitante : « pas forcément, je parle de ceux qui ne sont pas intégrés, les banlieues, quoi, les assistés … vous voyez ce que je veux dire ». Très bien. Il y a effectivement un problème important, mais qui concerne beaucoup moins de monde. Combien ? Je vous passe les détails et l’incertitude sur les chiffres, mais quelques centaines de milliers me semblent être un grand maximum. C’est beaucoup, mais pas de quoi remplacer 65 millions de personnes ! Rappelons-nous qu’en 1972 (oui 1972 !), le slogan du parti d’extrême droite était :  » Avec nous, avant qu’il ne soit trop tard.  »

Et si c’était l’inverse :  s’ouvrir avant qu’il soit trop tard ?

L’immigration est vitale malgré ses inconvénients

Pourquoi ? Parce que tout adulte de 60 ans sera retraité 10 ans plus tard, et en état de faiblesse dans les 15 années qui suivent. De même tout enfant non né en 2017 ne sera jamais un adulte. Tout trou dans la pyramide des âges est définitif, sauf immigration. La question des retraites a mis en évidence le vieillissement de population, mais en se limitant trop souvent à l’aspect financier (cotisations/pensions). Or le vieillissement, c’est bien plus que les retraites : c’est l’extinction dans la misère ou la servitude.

Pourquoi ? Parce qu’il suffit d’environ 40 ans de faible fécondité pour que le mécanisme de disparition d’un peuple se mette en place, car le nombre de femmes pouvant être mères se met à diminuer. Corrélativement il faut 40 ans pour relancer la machine, et les pays qui essaient de le faire (Chine, Allemagne) ont échoué pour l’instant à faire remonter significativement la fécondité. Le Japon est le grand pays dans lequel le processus de disparition est le plus avancé, et l’Allemagne le serait sans sa politique d’immigration massive qui dure maintenant depuis 70 ans, donc indépendamment de la « crise syrienne ». Remarquons que cette immigration n’a pas gêné son développement économique, bien au contraire. Idem pour les États-Unis.

Or les conséquences du déclin démographique sont dramatiques car il ne reste que des vieux.  Soit ils se coupent du reste du monde et ils crèvent de faim ou de misères physiques, soit ils acceptent alors l’aide de jeunes immigrants qu’ils sont alors trop vieux pour encadrer et contrôler. Il aurait fallu les faire entrer 40 ans plus tôt quand les institutions étaient encore en place et tenues par suffisamment de « nationaux ». C’est encore aujourd’hui le cas de la France, et déjà moins nettement celui de l’Allemagne. Cette dernière essaie de « compenser » son infériorité démographique par une vigoureuse politique d’intégration. Bref, il vaut mieux une immigration importante maintenant, que plus tard ou jamais.

Que cette immigration pose de graves problèmes, nous sommes tous d’accord. Mais il faut penser à l’alternative. Cela va bien au-delà des questions d’économie, de port du foulard et du menu des cantines. Et même au-delà du terrorisme qui frappe à juste titre l’opinion publique, mais qui reste extrêmement faible car il n’a pas de support dans la masse des musulmans français : une vingtaine d’acteurs d’attentats meurtriers en 2016 et quelques dizaines pour ceux qui ont échoué.

Et le vieillissement est d’autant plus dangereux que le début est insidieux : moins d’enfants, donc moins de charges. J’ai été particulièrement scandalisé par un haut fonctionnaire de Bruxelles qui déclarait « nous entretiendrons les vieux avec l’argent économisé sur les jeunes », oubliant qu’il s’agit d’êtres humains et non d’argent !

En conclusion, il ne sert à rien de vouloir « sauver » un peuple de l’immigration s’il n’existe plus. Comme dans toute action humaine il y a des risques à prendre, mais il y a aussi la certitude d’échouer si l’on se ferme. Mais il est plus simple de faire peur si on veut être élu !

Yves Montenay

10 commentaires sur “Marine Le Pen veut tuer la France pour « sauver son peuple »”

  1. Yves Montenay a parfaitement raison de poser le problème. Mais sans doute faut-il le creuser davantage et en arriver à l’esclavage qui, petit à petit, remplace le travail en Occident. Pauvre travail que l’on tient à l’écart de sa propre fête !
    Nous avons l’esclavage dans l’espace qu’est la mondialisation, l’esclavage dans le temps qu’est la dette qui ne pourra évidemment jamais être remboursée puisque la croissance n’est que l’augmentation de nos dépenses et en aucun cas une nouvelle ressource.
    Le troisième esclavage est celui que nous mettons en place pour que nos femmes aient une vie identique à nos hommes et n’aient donc plus le temps de faire chacune en moyenne 2,11 enfants pour renouveler la population. Nous importons des mères porteuses de la population de demain et nous continuons à vouloir la parité partout. Tant que les hommes ne pourront porter les enfants, le premier devoir d’une femme dans toutes les civilisations est de faire en moyenne 2,11 enfants.
    Fonder le bonheur de nos enfants sur trois esclavages qui ne pourront durer est une forme de violence que certain candidat à la présidentielle assume avec brio.

  2. Fort de ce que j’ai un peu suivi hier soir (le fameux débat du deuxième tour) le problème de la France est beaucoup plus inquiétant que ce que l’immigration pourrait nous faire craindre. Pendant 5 ans nous n’aurons plus de gouvernement (Président psychopathe et majorité introuvable) alors que notre seul espoir était un Etat fort capable de faire respecter les lois de la république, dont une possibilité de donner l’enseignement que méritent nos enfants, dont et surtout ceux issus de l’immigration.

  3. J’ai toujours un grand plaisir à vous lire, vos analyses sont très intéressantes mais il semble que vous commettez peut-être une erreur en considérant qu’il y a « fantasme du grand remplacement”…Vous écrivez que les 10 à 15 millions supposés de musulmans issue du Maghreb ne serait que le reflet de rumeurs insistantes…Peut-être avez vous raison si l’ancien Ministre Azouz Begag a dit n’importe quoi quand il déclarait qu’il y avait entre 15 et 20 millions de maghébin en France…il y a déjà quelques années, vous pouvez l’écouter en visionnant et écoutant cette déclaration : https://www.youtube.com/watch?v=0jdevWUXtFw
    De plus, selon l’INSEE, qui publie chaque année le taux des naissances des prénoms musulmans dans l’hexagone, vous seriez en contradiction avec la réalité…selon les chiffres de l’INSEE évidemment, mais peut-être avez vous la réponse ! Exemple : En 1996 dans le département 93 Seine-Saint-Denis le % des naissances d’enfants ayant un prénom musulman s’élevait à 17,30 % de la totalité des naissances dans ce département, il était de 42,90 % en 2016 et en 2036 à la même cadence, si nous faisons une projection équilibrée, pour un enfant né avec un prénom non musulmans il y aura 105 enfants qui naitront avec un prénom musulman….
    Azouz Bégag avait-il dit un peu n’importe ce qui pourrait démontré que avez raison ? Mais j’avoue que j’en doute…Je reprend dans le 95, Val-d’Oise, en 1996 sur 100 naissances 8,70 % des enfants ont des prénoms musulmans en 2016 ils sont 30 % la projection montre ici qu’il y aura 103 naissances d’enfants à qui seront attribués des prénoms musulmans et 1 enfant qui aura un prénom non musulman !…On pourrait d’aprés les chiffres de l’INSEE continuer ainsi pour tous les départements de Métropole….Vous pourrez certainement et facilement corriger je n’en doute pas une seule seconde ! Merci pour vos article qui m’instruise chaque fois un peu plus sur la vision que de grands spécialistes démographes peuvent avoir ..

    Claude

  4. Réponse corrigée:

    J’ai toujours un grand plaisir à vous lire, vos analyses sont très intéressantes mais il semble que vous commettez peut-être une erreur en considérant qu’il y a « fantasme du grand remplacement”…Vous écrivez que les 10 à 15 millions supposés de musulmans issues du Maghreb ne seraient que le reflet de rumeurs insistantes…Peut-être avez vous raison si l’ancien Ministre Azouz Begag a dit n’importe quoi quand il déclarait qu’il y avait entre 15 et 20 millions de maghébin en France…il y a déjà quelques années, vous pouvez l’écouter en visionnant et écoutant cette déclaration : https://www.youtube.com/watch?v=0jdevWUXtFw
    De plus, selon l’INSEE, qui publie chaque année le taux des naissances des prénoms musulmans dans l’hexagone, vous seriez en contradiction avec la réalité…selon les chiffres de l’INSEE évidemment, mais peut-être avez vous la réponse ! Exemple : En 1996 dans le département 93 Seine-Saint-Denis le % des naissances d’enfants ayant un prénom musulman s’élevait à 17,30 % de la totalité des naissances dans ce département, il était de 42,90 % en 2016 et en 2036 à la même cadence, si nous faisons une projection équilibrée, pour un enfant né avec un prénom non musulmans il y aura 105 enfants qui naitront avec un prénom musulman….
    Azouz Bégag avait-il dit un peu n’importe ce qui pourrait démontrer que vous avez raison ? Mais j’avoue que j’en doute…Je reprend dans le 95, Val-d’Oise, en 1996 sur 100 naissances 8,70 % des enfants ont des prénoms musulmans en 2016 ils sont 30 % la projection montre ici qu’il y aura 103 naissances d’enfants à qui seront attribués des prénoms musulmans et 1 enfant qui aura un prénom non musulman !…On pourrait d’après les chiffres de l’INSEE continuer ainsi pour tous les départements de Métropole…. Vous pourrez certainement et facilement corriger je n’en doute pas une seule seconde ! Merci pour vos articles qui m’instruisent chaque fois un peu plus sur la vision que de grands spécialistes démographes peuvent avoir ..

    Claude

    1. L’ensemble des personnes venues de Turquie ou d’Afrique et leurs descendants sont 6,1 millions, dont une partie de Subsahariens chrétiens. Cela recoupe bien le contenu de mon article. De plus une partie des descendants ne sont plus musulmans à en croire des réponses aux sondages : « Vous considérez-vous comme musulman ?». Je ne sais pas où Azouz Bégag a pris son chiffre. Par ailleurs je ne vois pas comment un seul enfant du Val-d’Oise pourrait avoir un prénom non-musulman, sauf émigration massive hors du département, même s’il y a des majorités locales. Enfin, comme dit, je vois pas des Turcs faire bloc avec les Maghrébins. Ils sont déjà divisés entre Kurdes et non Kurdes.

  5. Bonjour Monsieur Montenay,

    Ma question est quelque peu en marge de cet article. J’ai découvert que vous avez été actionnaire et/ou dirigeant du journal Minute dans les années 80. J’ai été surpris tant ce que j’ai lu de vous depuis plusieurs années déjà me semble éloigné de l’extrême-droite.

    Pourriez-vous revenir sur cet épisode et sur votre trajectoire intellectuelle ?

    En vous remerciant et en espérant ne pas être trop intrusif.

    1. C’est un simple hasard des affaires, ce journal étant sous-filiale d’une société donc j’ai été momentanément actionnaire. Mon métier était alors l’informatique industrielle. Ca n’a duré que quelques mois. C’était déjà trop. Pour que ça dure, l’animateur qui était à l’époque Patrik Buisson m’a juré qu’il devenait pro-Madelin. Mais son naturel a vite repris le dessus, il a magouillé avec le Front National et a posé des micros dans mon bureau (déjà !).

  6. Votre discours rassurant est complètement à l’écart de la réalité.

    Celle de l’immigration massive d’abord: elle est depuis vingt ans à la hauteur quantitative de ce qu’elle fut dans les années soixante. 150 à 200 000 arrivées nettes en provenance d’Afrique par an. Certains la double du fait de l’immigration illégale, qu’on sait notable.
    On peut considérer ce chiffrage là:
    https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-156370-les-chiffres-de-limmigration-mode-demploi-1215479.php

    45% des naissances concernent au moins un parent immigré en région parisienne…

    Le fait est là: une immigration forte en provenance d’Afrique est en cours, à des échelles qui ne sont jamais manifestées dans toute l’histoire du pays. Au delà des considérations concernant la religion, il faut noter que les personnes en question sont de cultures non européennes et ne sont pas dans une démarche d’assimilation mais d’installation. L’abandon de la notion même d’assimilation est patente et un retour à celle ci devient de plus en plus difficile, voire impossible. Des cultures et des traditions différentes s’installent.

    Ca c’est le phénomène à l’état brut. Le nier ou se rassurer quand à son ampleur est illusoire. Si effectivement un « remplacement » n’est pas à considérer, une modification profonde des équilibres de populations est en cours et reviendra de fait à la cession nécessaire à ces peuples d’une partie du territoire national, la notion même de nation devant sans doute être reconsidérée à terme. Cela pourrait concerner dans un avenir proche, disons quarante ans, entre un quart et un tiers de la population et donc une proportion en rapport de la surface du pays.

    Celle des raisons de ce phénomène ensuite: l’idée de la nocivité d’un veillissement à compenser de la population de souche européenne est une absurdité révoltante. D’abord parce que les populations qui s’installent ne compensent rien du tout, tous les chiffrages le montrent (il faudrait un véritable remplacement, et cela immédiatement, pour cela), ensuite parce qu’elles sont aussi appelées à vieillir et que malgré le principe de la répartition, la gestion des retraites restera toujours soumise à l’épargne.
    D’autre part, le vieillissement a une conséquence qui peut parfaitement être acceptable: la diminution, puis la stabilisation de la population du pays. On ne voit pas ce que cela a de dramatique, les population européennes étant de toute façons appelées à être en nombre très inférieur à celui de l’afrique et des asies du moins pendant encore un certain temps.

    Mais la véritable absurdité tient au fait que cette immigration n’est ni souhaitée ni souhaitable.
    Elle n’est pas souhaitée car les différence de moeurs, manifestes, se traduisent par une segmentation des populations maintenant évidente. Les mariages mixtes sont en diminution, et les différences religieuses et familiales accentuées par les mariages « au bled » accentuent la chose. L’absolue évidence du non métissage avec les populations sub sahariennes est elle aussi patente, le fait « noir » devenant incontournable.

    Elle n’est pas souhaitable car inutile économiquement: trop largement (par rapport aux natifs) au chômage ou en prison, les nouvelles populations ne répondent à aucune nécessité économiques ou sociales de la France d’aujourd’hui. Elles constituent même un fardeau inutile qui devient de plus en plus lourd à gérer.
    L’aggravation de l’isolement ethnique et économique de ces populations se traduira par des tensions inéluctables qui troubleront l’histoire à venir du pays. L’ignorer ou le sous évaluer, c’est faire preuve d’un aveuglement irresponsable contre lequel je proteste.
    Est il encore temps de mener des politiques énergiques d’arrêt de l’immigration incontrôlée et d’intégration des populations arrivées à tort récemment ? Certains en doute, en tout cas, les cinq à venir seront perdus pour cela, c’est sur.
    Le thème de la « remigration » c’est à dire de la définition de futures politiques de départ encouragé ou forcé des populations africaines va devenir petit à petit de plus en plus présent. Il deviendra de moins en moins agréable d’aborder ces sujets et je serais le premier à le regretter.
    J’ajoute que les européens exprimant comme vous des opinions naïves trop favorables à l’immigration feront l’objet, de plus en plus, on en voit déjà les prémices, d’une hostilité d’intensité croissante. Cet autre clivage pourrait se mettre en place, et il sera très dommageable. Je considère ainsi comme extrêmement inquiétante la tentative en cours d’instauration d’un face à face politique exclusif sur ce thème. Un habileté politique ou une dangereuse source de déchirement ?

    1. Merci de venir confirmer ce que j’écris plus avant ! Il est même probable, pour ne pas dire certain, que la situation ne s’améliorera pas avec la nouvelle Présidence. Nous ne devrions pas minimiser ce qui, à l’origine était une immigration raisonnable et qui est devenue, aujourd’hui, une déferlante, majoritairement d’hommes seuls à qui l’on a fait croire que l’Europe, et la France en particulier, sont des paradis ou les attendent trois femmes et quatre voitures (c’est vrai)…De plus la presse et les médias en général évitent de parler des conséquences en grande majorité négatives de cette immigration invasion…Zone de non droit, quartier interdit aux femmes non voilées, commerces identitaires, violences (policiers en flamme) etc. : même si parmi les immigrés sur notre sol un certain nombre, minoritaire, s’intègre. On ne peut nier que les premières générations d’immigrés venant essentiellement du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne, si elles ne s’intégraient pas, ne faisaient pas de vagues…les deuxième et troisième génération refusent majoritairement l’assimilation et revendiquent de plus en plus leurs droits non en fonction des lois du pays d’accueil mais en fonction de leur mœurs, us et coutumes que leur imposent les lois canoniques de leur religion, à savoir pour leur grande majorité l’islam littéraliste dit radical ( les droit de l’homme islamique) ! Un seul exemple comment un jeune Français, par le fait de sa seule naissance en France, nécessairement Algérien ou Marocain, pour au moins raison successorale, peut-il aimer la France quand il entend que notre Président dit que la France a commis un génocide en Algérie. Que l’Algérie est le seul état au monde à inscrire nommément dans son hymne national le nom d’un pays comme son ennemi !…La France !

      Il faut d’évidence se rendre à la raison ! Le cœur et la passion n’y suffisent plus !

      Ci-dessous les trois dernières strophes de l’hymne Algérien !

      Ô France ! Le temps des palabres est révolu
      Nous l’avons clos comme on ferme un livre
      Ô France ! Voici venu le jour où il te faut rendre des comptes
      Prépare-toi ! Voici notre réponse
      Le verdict, Notre révolution le rendra
      Car nous avons décidé que l’Algérie vivra
      Témoignez ! Témoignez ! Témoignez !

      Nos braves formeront les bataillons
      Nos dépouilles seront la rançon de notre gloire
      Et nos vies celles de notre immortalité
      Nous lèverons bien haut notre drapeau au-dessus de nos têtes
      Front de libération nous t’avons juré fidélité
      Car nous avons décidé que l’Algérie vivra
      Témoignez ! Témoignez ! Témoignez !

      Des champs de bataille monte l’appel de la patrie
      Écoutez-le et obtempérez !
      Écrivez-le avec le sang des martyrs !
      Et enseignez-le aux générations à venir !
      Ô Gloire ! Vers toi nous tendons la main !
      Car nous avons décidé que l’Algérie vivra
      Témoignez ! Témoignez ! Témoignez !