Retraites politiques et financiers n'ont rien compris

Retraites : politiques et financiers n’ont rien compris !

Dans ce billet d’humeur, je reviens sur la question des retraites, de retour dans l’actualité à l’occasion de l’explosion du déficit public, notamment du fait du montant pharamineux des retraites publiques. Parallèlement, il y a eu de nouveaux appels à développer les retraites par capitalisation dans le contexte de la hausse de la bourse.

Je le répète : les politiques et les financiers n’ont toujours rien compris aux retraites !

Je vais d’abord rappeler que la retraite, ce n’est pas de l’argent mais de la nourriture et des soins, avant d’examiner comment les débats actuels passent une fois de plus à côté du véritable problème.

La retraite avant la retraite

A l’origine une affaire de famille

Depuis la nuit des temps, la question était très simple : quand on commençait à perdre ses forces en vieillissant, on diminuait petit à petit son activité et on finissait par être nourri et soigné par les siens.

Dans la quasi-totalité de l’histoire de tous les pays, l’unité économique de base était la famille agricole (ou d’éleveur, de pécheur…) vivant relativement en vase clos et n’allant « au marché » que pour l’indispensable, par exemple échanger de sa production contre du matériel chez le forgeron.

J’ai vu mourir les dernières strates de cette économie. Elle reste encore répandue dans une bonne partie du monde.

Il est alors bien évident que la charge des parents reviendra au fils aîné et à sa femme, ou à tout autre personne les remplaçant, du fait d’une mortalité imprévisible. Ceux qui n’avait pas de descendants directs allaient chez des proches, et ceux qui n’en avaient pas allaient « à l’hôpital », où on leur donnait un peu de nourriture en attendant leur mort.

C’était dur, mais c’était clair, et c’est encore le cas dans une partie du monde aujourd’hui : quand on est vieux, on est nourri par ses enfants.

Encore faut-il qu’il y en ait. Beaucoup de religions ou traditions établirent donc un culte de la fécondité.

La retraite devient financière

En France, les retraites sous la forme financière des pensions que nous connaissons, n’ont été généralisées que récemment, après avoir longtemps été réservées à quelques catégories, tels les marins de « La royale » à partir de Louis XIV.

La retraite des agriculteurs date de 1952, et celle de leurs conjoints partageant leurs tâches, de 1999 !

Aujourd’hui, on a remplacé l’aide physique directe apportée par la famille par de l’argent : la pension de retraite.

Ce que tout le monde oublie c’est que ça ne change rien puisqu’il y a un moment où l’argent doit se transformer en fournisseur de soins ou de nourriture, donc en personnes physiques. Il faut donc qu’il il y en ait suffisamment !

Les systèmes de retraite

En France, nous sommes habitués à notre système par « répartition » : nous cotisons, l’ensemble des cotisations est versé aux personnes âgées, et, quand ce sera notre tour, nous recevrons les cotisations des plus jeunes.

Ce système est assez simple, mais pas toujours bien compris, chacun s’imaginant qu’il a droit à « quelque chose » qui est le retour de ses propres cotisations.

En réalité, il n’a aucun lien entre cotisations payées et retraites reçues. Le lien apparent découle de définitions mathématiques négociées entre partenaires sociaux et le pouvoir : un « nombre de points » par exemple.

Il y a tellement d’exceptions aux liens entre les sommes cotisées et les sommes finalement reçues (citons par exemple un supplément, très justifié nous verrons pourquoi, en faveur des mères de famille) que ce que nous recevons n’est que très grossièrement le reflet de ce que nous avons cotisé.

Chacun peut d’ailleurs en faire la vérification à partir de ses propres bulletins de paie même si je vous souhaite bon courage du fait de l’inflation et de ses variations !

Jusqu’à la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1981, une habitude s’était instaurée : départ à 65 ans (je passe sur les très nombreuses exceptions) et le montant de la pension autour de 60 % du dernier salaire (très nombreuses exceptions là aussi). On sait aujourd’hui que c’était le hasard de la démographie de l’époque qui le permettait.

Mitterrand se fit élire en promettant d’abaisser l’âge de départ de 65 à 60 ans : « on m’a dit que c’était impossible, eh bien voilà, c’est fait ». Pourtant, c’était effectivement intenable, comme la suite allait le montrer.

Pour simplifier la démonstration, je n’ai pas distingué dans ce qui suit entre le régime de base, le régime complémentaire, ni abordé les départs largement avant 65 ans d’une partie des travailleurs du secteur public.

Un vieillissement mondial accéléré

Revenons au basique : la retraite, c’est quelqu’un qui s’occupe de vous. Quand vous êtes valide, c’est un fournisseur, de nourriture par exemple. Quand vous déclinez, c’est l’employé d’un EHPAD, ou si vous êtes riche, une infirmière à domicile, ou, encore aujourd’hui, un proche.

Vous me voyez venir : le ratio clé, c’est le nombre d’actifs par retraité : tout actif doit d’abord subvenir à ses besoins en commençant par se nourrir, puis nourrir ses enfants, puis contribuer à la marche de l’État (au minimum la police et la justice, en France beaucoup plus que ça) et enfin s’occuper de ses parents.

Débat sur les retraites : revenons aux fondamentaux !

On ne se posait pas cette question quand il y avait 4 actifs par retraité. Mais aujourd’hui, du fait du vieillissement dans la majorité des pays de la planète, on s’approche d’un actif par retraité.

En France, à fin 2021, on comptait 29 millions de cotisants en activité pour 17 millions de retraités , donc un ratio de 1,7 (source Insee). Or ce ratio a certainement continué de baisser depuis 2 ans, avec l’afflux des nouveaux bénéficiaires des « carrières longues ».

Ce chiffre est supérieur aux quelques 14,5 millions de plus de 64 ans, du fait des départs précoces dans le secteur public. On retrouve les ordres de grandeur de la même enquête de la DREES de 2020 qui donnait 3,2 millions de retraités du secteur public… À rapprocher de 48 milliards de contributions de l’État aux retraites du secteur public, qui sont curieusement absents du montant des cotisations indiqué par le Conseil d’Orientation des retraites (COR).

Prenons un exemple simplifié pour illustrer concrètement ce que signifie un concrètement ce ratio d’un actif pour un retraité : un Français gagnant 2400 € bruts (ordre de grandeur du salaire médian) devra partager cette somme entre ses propres besoins, ceux de ses enfants, ceux de l’État (police, défense nationale, et bien davantage en France où nous sommes les champions des dépenses publiques)… et un retraité.

Si l’on veut garder le niveau actuel de retraite en France, où chaque retraité gagne à peu près autant que chaque actif, Il faudrait par exemple que l’actif donne 800 € au retraité, en garde de 800, et utilise les 800 restants pour ses enfants, les impôts (n’oubliez pas la TVA !) etc.

Autrement dit, il ne resterait pas grand-chose à chaque actif, tandis que chaque retraité toucherait très peu. Ce calcul est extrêmement grossier et on aurait pu choisir des chiffres un peu différents, mais je me borne ici à montrer l’énormité de l’effort que représente ce ratio d’un actif pour un retraité.

Nous n’en sommes pas encore là, mais plus le rapport se rapprochera de 1, plus la part du retraité sera faible bien que l’effort de l’actif soit au contraire croissant !

Et il n’y a pas de raison que l’évolution s’arrête à un actif par retraité. Il peut tomber bien en dessous, comme ça va être le cas en Corée du Sud, en Chine, au Japon…

Remarquons que la réforme Mitterrand a augmenté le stock de retraités d’environ 20% (60 – 85 ans au lieu de 65 – 85) tout en diminuant le nombre de cotisants (22 – 60 ans au lieu de 22 – 65 ans) : c’est ainsi que la décision d’abaisser la retraite à 60 ans a brusquement rapproché notre fameux ratio de 1.

Et vous avez vu le mal qu’ont dû se donner les politiques au pouvoir pour repasser de 60 à 62 ans, puis à 64 ans. Pendant que, plus conscients de leur démographie, nos voisins se dirigeaient vers les 67 ans.

Au passage, notons qu’augmenter l’âge de départ est le moyen le plus simple et le plus puissant d’alléger le système… à condition que le nombre d’actifs ne diminue pas trop vite.

Mais bien entendu, la politique s’est emparée du sujet, en y faisant entrer des considérations qui n’ont rien à voir : « combien d’années est-il juste de travailler ? », « Il n’y a qu’à faire payer les riches » … ce qui ne résoudra pas le problème du manque de personnel dans les EHPAD. 

Prise de conscience du dérapage budgétaire

Les prévisions du Conseil d’Orientation des Retraites n’ont pas changé, mais il conseille « pour plus de réalisme » de choisir pour les prévisions une hausse la productivité de 0,7 % au lieu de 1 %.

Cela a plombé les perspectives et a été l’occasion pour certains journalistes de rappeler qu’au déficit apparu à cette occasion, il fallait ajouter les fameux 48 milliards de dotations de l’État au système de retraite du secteur public.

L’opération est donc loin d’être bouclée financièrement, contrairement à ce que voulait afficher le gouvernement pour faire passer l’augmentation de l’âge de la retraite de 62 à 64 ans.

Comme chez nos voisins européens, il nous faudra donc aller nettement plus loin.

Pourquoi avoir mis l’accent sur la productivité ? C’est qu’elle est loin d’être une variable à choisir parmi d’autres car  elle correspond au mouvement profond de progrès ou de recul de la société, et est quasiment synonyme de niveau de vie.

Jean Fourastié a montré 1000 exemples de produits manufacturés (vélo, frigidaire, machine à laver…) dont le prix a baissé en nombre d’heures de salaire du fait d’une augmentation de la productivité, permettant à la majorité de les acquérir.

A contrario, le ralentissement de la productivité pèse sur le niveau de vie.

Malheureusement cette présentation du COR reste financière et non démographique, approche qui me paraît pourtant la seule à faire comprendre la nature du problème.

L’euphorie boursière et le réveil des propositions de capitalisation

Comme toujours, lorsque le prix d’un actif monte, tout le monde « veut en être », en général sans bien comprendre de quoi il s’agit. Et en général trop tard, parce que les personnes qualifiées ont déjà acheté les actifs en question, qui ne monteront pas deux fois.

Bref, la hausse des principales bourses mondiales a relancé les propositions de retraite par capitalisation : « Investissez dans notre organisme, et vous aurez une retraite importante et assurée ».

Ce n’est pas la première fois : sans remonter à la bulle des tulipes au XVIIIe siècle qui a ruiné tant de monde, il y a eu le krach de Wall Street en 1929, le boom Internet suivi de son effondrement en 2000, le boom immobilier qui a culminé en 2022, peut-être celui qui suivra l’envolée actuelle du bitcoin, ou celui des entreprises se lançant dans l’intelligence artificielle.

N’oubliez pas que ce raisonnement financier sur les retraites est totalement biaisé : les actifs n’ont pas de valeur en eux-mêmes mais seulement une valeur d’usage : pour qu’un logement ait une valeur, encore faut-il qu’il existe physiquement des locataires ou des propriétaires (voir la Chine aujourd’hui, ou ma ville de Châtellerault hier).

De même, pour que l’action d’une entreprise ait une valeur, encore faut-il qu’il y ait suffisamment de consommateurs et surtout de producteurs qualifiés.

Bref s’il n’y a pas assez de bras et de cerveaux, l’entreprise ne générera pas les bénéfices supposés dans 40 ans et le miracle de la capitalisation n’aura pas lieu.

La retraite par capitalisation peut-elle s’affranchir de la démographie ?

Conclusion : revenir au concret

Qu’est-ce qu’une retraite ? C’est le fait de bénéficier dans 40 ans du travail des autres, ou plus exactement de celui des enfants des autres, en échange de celui que j’ai pu donner quand j’étais actif. Il ne s’agit pas d’argent mais d’un échange de travail à des époques très différentes.

Ça suppose bien sûr d’abord une continuité politique et un gouvernement ayant la légitimité de faire respecter des droits assez abstraits, malgré tout ce qui peut arriver en 40 ans, une guerre mondiale par exemple, comme c’est déjà arrivé deux fois.

Cette continuité politique n’existe pas dans de nombreux États et je crains pour leurs futurs retraités !

Et une fois ce contrat clair pour tout le monde, ce qui est loin d’être le cas, il reste à en tirer les conséquences démographiques : une politique nataliste affirmée pour alimenter non seulement le portefeuille des parents, mais surtout conforter leur moral et la possibilité de carrière complète pour les mères.

On en est loin, car le clivage idéologique demeure : être nataliste, c’est être de droite, traditionaliste, réactionnaire etc. Etre plus ou moins anti nataliste c’est « sauver la planète », « libérer les femmes de leurs tâches traditionnelles », ne plus les réduire au rôle de « ventre » etc. Donc les gouvernements de gauche n’ont eu de cesse que de réduire l’impact du quotient familial et de mettre certaines prestations sous condition de ressources.

Pourtant, la réussite partielle du modèle français, je veux dire une fécondité plus forte qu’ailleurs en Europe (même si elle est maintenant insuffisante, peut-être du fait de ce rabotage des mesures natalistes) tient justement au fait que nous avons plus tôt que les autres mis l’accent sur : « les enfants ET le travail »

Bien sûr, on peut théoriquement avoir moins d’enfants en accueillant les enfants des autres, c’est-à-dire en pratique aujourd’hui les jeunes Africains subsahariens, le reste du monde étant aujourd’hui en déficit démographique plus ou moins prononcé.

Mais beaucoup de pays n’y sont pas prêts pour des raisons que l’on appelle pudiquement « culturelles ».

Je remarque que certains petits pays européens sont officiellement opposés à l’immigration, mais manquent tellement de bras et de cerveaux qu’ils autorisent l’immigration au coup par coup pour telle entreprise, tout en continuant à afficher un refus général pour des raisons électorales.

En particulier l’Europe méridionale voit se cumuler un très faible taux de fécondité et une émigration des jeunes vers l’Allemagne.

Le problème des retraites est donc tellement important, qu’il faut absolument quitter l’approche financière pour raisonner en nombre de personnes physiquement disponibles.

Yves Montenay

8 commentaires sur “Retraites : politiques et financiers n’ont rien compris !”

  1. Présenté de la sorte, ça semble tellement évident, si simple à comprendre, qu’on s’y laisserait presque prendre. C’est vrai que, contrairement aux patates, bio tant qu’à bien faire, l’argent ne se mange pas. Moi même c’est ce que je me plais à servir à la première occasion. Je me demande d’ailleurs pourquoi certains ont besoin d’en engranger autant, de pognon. Et toujours plus, tant qu’à faire. Je me dis que, logiquement, c’est pour pouvoir s’acheter toujours plus de patates. Mais vu qu’ils n’ont pas un estomac mille fois plus gros que le mien, quoique, je me dis que ce n’est certainement pas pour les manger. Peut être alors pour les donner à ceux qui n’ont pas les moyens de se les payer, l’altruisme et la générosité des gros n’étant plus à démontrer. Ou alors ils font comme les écureuils, ils engrangent pour l’hiver. Sauf que les patates ne se conservent pas aussi bien que les noisettes, elles germent et finissent vite par pourrir. Non, il doit bien y avoir une autre explication. D’autant plus qu’il n’y a pas que les patates dans la vie, même quand on est en retraite. Il faut aussi penser au forgeron, pour la prothèse de hanche, au fabriquant de couches, la nounou et j’en passe. Et tout ce joli monde ne se contente pas que de patates.
    Bref, il n’y a pas que les politiques et les financiers qui n’ont toujours rien compris aux retraites !

    – « Revenons au basique : la retraite, c’est quelqu’un qui s’occupe de vous »
    C’est comme l’enfance quoi. N’oublions pas que beaucoup de retraités s’occupent des autres, de leurs petits enfants par exemple et pour commencer, on les trouve aussi dans les associations en tant que bénévoles. Oui mais voilà, ce travail ne compte pas, c’est comme ça !
    L’argument du ratio actifs-retraitès est donc biaisé, un faux problème. Partant de là c’est tout qui est à revoir, à repenser, décoloniser les imaginaires comme dit Serge Latouche. Par exemple, il y a mille façons de remplir les caisses. SI on ne veut pas taper les gros (les riches) on peut mettre une taxe sur les bagnoles, avec une vignette à coller sur le pare-brise, ça nous rappellera le bon vieux temps. Et vu que chaque retraité gagne à peu près autant que chaque actif (sic), il n’y aurait rien de scandaleux à faire cotiser les retraités, notamment ceux qui ont des retraites de ministres.
    Bref, si les libéraux sont si actifs pour réformer notre système de retraites, comme pour «moderniser» (démanteler) notre système de santé, et tout le reste, pour moi il ne faut y voir que la logique du Capitalisme. Alors bien sûr, je pourrais les inviter à écouter d’autres sons de cloches, Frédéric Lordon par exemple, mais à quoi bon.

    D’autant plus, et nous revenons donc à la case « départ », que la retraite ce n’est pas de l’argent mais de la nourriture et des soins (sic). Pour les patates (l’agriculture) comparons déjà le ratio agriculteurs-consommateurs des années 50 à aujourd’hui. Les paysans ont été exterminés (Jacques Ellul parlait d’ethnocide), remplacés par les agriculteurs. Chef d’exploitation agricole, chef d’entreprise, c’est bien mieux que paysan ! Ça fait de suite penser à PDG. Vous en connaissez beaucoup, vous, des PDG qui galèrent et se suicident autant ? Bref, le nombre d’agriculteurs a fondu comme neige au soleil, et ça continue. Les tracteurs, toujours plus gros, les robots, les engrais, les pesticides, les OGM, c’est formidable. Ben oui c’est le Progrès ! Demain quelques centaines de paires de bras devraient donc être suffisantes pour nourrir tout le monde.
    Quant aux soins (infirmières etc.), là encore c’est toujours la même politique. Les infirmières, par exemple, rien n’est fait pour qu’elles aient envie de rester, au contraire. Résultat, la durée de vie d’une carrière d’infirmière est de l’ordre de 5 ans. Et après on pleure parce qu’on en manque, parce que les jeunes diplômés démissionnent («Big Quit» ou «Grande Démission», parce que la morosité, le je-m’en-foutisme et tout le reste progressent, etc. etc. Et c’est pour tout pareil, la Productivité, le Toujours Plus, le Business, le Pognon ! Résultat, on en crève !

    1. Bien sûr que beaucoup de seniors Aide leurs enfants et leurs petits-enfants, moi de premier. Mais qu’est-ce que ça change au raisonnement ?
      Je vais essayer de formuler autrement : l’argent, c’est une mesure, c’est un pouvoir par exemple celui d’embaucher une infirmière quand on perd sur une autonomie. Mais cette infirmière va manquer ailleurs. Et si on réussit à augmenter le nombre d’infirmières, On va diminuer le nombre de boulangers. Ou alors on fait venir tous les jeunes africains, mais ils va falloir falloir former, administrer, gérer, etc.

      1. Mais pourquoi manquerait-on d’infirmières et de boulangers ?
        Les infirmières, les boulangers, les paysans, les forgerons et j’en passe, très bien.
        Et à côté combien d’emplois inutiles ? Pire, néfastes. Les «bullshit jobs» comme on dit, publicitaire par exemple, et tous ceux qui brassent du vent. Ce ne sont donc pas les paires de bras qui manquent.
        D’autre part je ne suis pas du tout contre le boulanger étranger, mais plutôt contre ceux qui disent «J’aime pas les étrangers, ils viennent manger l’pain des Français». Vous devez sûrement connaître ce sketch de Fernand Raynaud.

        1. Je connais et apprécie le sketch de Fernand RAYNAUD
          En tant qu’ancien employeur, je suis très sceptique sur l’employabilité des chômeurs résiduels qui ne sont menacées d’être privés d’allocation que pour des métiers voisins, et je ne vois pas un ancien publicitaire être affecté comme aide soignant dans un EHPAD (ce qui, personnellement, ne me choquerait pas)p

          1. Si l’ancien publicitaire ne peut pas être affecté comme aide soignant dans un EHPAD… je pense qu’il n’y aurait aucun problème pour le reconverdir dans l’environnement. Ramasseur de déchets (canettes Coca et autres, bouteilles plastique, emballages Mc Do etc.)… un job utile qui ne consomme pratiquement pas d’énergie, ni de ressources, au grand air… je pense que ça pourrait que lui faire du bien. Avec un statut de fonctionnaire bien sûr. On ne va quand même pas permettre à ceux qui pourrissent la planète de se faire, en plus, du pognon en la nettoyant.
            Mais peut-être mon idée vous choque t-elle …

          2. Ce ne serait pas moi qui serait choqué, mais l’intéressé. Dans l’état actuel de la législation, on ne peut pas lui imposer cela

  2. La législation ça évolue, pour le pire et le meilleur. Et c’est à nous, les dits citoyens, de la faire évoluer dans le bon sens. Pour ça il faut réfléchir, se débarrasser de ses préjugés et autres fausses croyances, autrement dit décoloniser l’imaginaire.
    – Décoloniser l’imaginaire. La pensée créative contre l’économie de l’absurde (Serge Latouche)

Laisser un commentaire